Webmastering

Articles relatifs aux problématiques de webmastering : rédaction de contenus, référencement, marketing, etc.

clavier emoticon 500x150

Les émoticônes, nouveau langage web 3.0 ?

1

 

Depuis l’an dernier, l’usage des émoticônes explose. Ils sont partout et font désormais partis de notre quotidien. Et ça, le web, en particulier les réseaux sociaux l’ont très bien compris. Les émoticônes remplaceront-ils l’alphabet ? Allons nous bientôt cesser d’écrire ?

 

Les premières traces de l’apparition informatique des émoticônes sous la forme d’un : -) remonteraient à 1982 dans un mail de Scott Fahlman, chercheur en informatique, à l’université Carnegie-Mellon (USA). Puis ce smiley appelé également émoticône, a connu et connaîtra sûrement d’autres supports. En 2000, le smiley jaune fait son apparition sur les sweat-shirts de la marque DDP et sur la messagerie instantanée MSN Messenger. L’avènement de la messagerie instantanée lui donne notamment une place plus importante. Les émoticônes ne cessent d’évoluer en forme, taille et nombre. Elles surgissent de manière impromptue dans les conversations.

 

De l’émoticône à l’emoji 

Il y a trois ans, l’emoji, créé par Shigetaka Kurita de NTT DoCoMo (plateforme internet mobile), surgit au sein de nos Smartphones. À la différence des précédentes émoticônes qui enchaînent des combinaisons de signes de ponctuations (par exemple : 🙁 pour un smiley triste, 😉 un clin d’œil, ou encore :-* je t’embrasse), les emojis bénéficient d’un clavier particulier. La diversité du catalogue proposé et sa mise à jour régulière séduisent immédiatement. Cette année, 250 emoji (dont un doigt d’honneur et le signe de Star Trek) s’ajouteront par le consortium Unicode aux 800 déjà existants sur la dernière version 7.0. L’usage intensif de l’emoji contamine un à un les réseaux sociaux tel que Facebook, Twitter et Tumblr. Ces pictogrammes incarnent à leur manière une certaine culture de l’image sur le Web.

 

Les emoji débarquent sur les réseaux sociaux

Qu’y a-t-il de plus compliqué que de faire passer son état d’esprit et son humeur par écrit ?! Pour faciliter la communication ou éviter les malentendus, les réseaux sociaux ont compris l’importance de ces émoticônes.
Depuis avril 2013, elles ont été autorisées sur Facebook. On peut les inclure dans les messages privés, commentaires et statuts. Ce langage est compris et utilisé par de nombreux pays. On peut parler de langage universel.
Quant au réseau social Twitter, l’équipe a annoncé la bonne nouvelle via un tweet avec ses propres emoji. La réaction ne se fait pas attendre. Un compteur d’émoticônes,  Emojitracker a d’ailleurs été créé depuis juillet 2013 pour repérer les smiley les plus plébiscités par les Twittos. On remarque que la frimousse «  pleurer de rire » est apparu plus de 580 millions de fois. Preuve d’humour dans la sphère digitale ! 🙂

article1

 

Sur le site Narrative in emoji, on peut raconter des histoires en utilisant des emoji avec peu ou pas de texte. C’est une façon amusante d’exprimer des mots ou des idées sous diverses formes (paroles des chansons, poèmes, citations, récits etc.).

2

 

Le site est si populaire que «Moby Dick» d’Herman Melville a été traduit en emoji grâce à une campagne de crowdsourcing organisée par Fred Benenson, ingénieur new-yorkais. D’ailleurs, le livre « Emoji Dick » a été ajouté à la Bibliothèque du Congrès en février 2013.

3

 

Le phénomène est en perpétuelle évolution avec de nouveaux sites et blogs qui leur sont dédiés. Ce sont les cas d’Emojicate et Emojili. Les internautes ne peuvent communiquer qu’à l’aide de ces fameux pictogrammes. D’ailleurs, aucune lettre n’est autorisée même pour les noms des contacts. Il est important de souligner que près de 10 000 utilisateurs se sont inscrits à Emojili avant même sa sortie pour réserver leur pseudo ! Le succès était au rendez-vous !

 

En tant que community manager, je suis au cœur de l’ère « emojienne ». Les émoticônes sont nécessaires dans la relation que l’on veut établir avec les membres de sa communauté (relation de proximité). Elles permettent de rendre les conversations plus vivantes et de faire tomber la barrière entre le réel et le virtuel. Et oui, on reste des humains derrière nos écrans ! 🙂 Les émoticônes rendent moins formelles nos paroles, donnent l’intonation à la conversation et permettent de mettre à l’aise nos membres. J’utilise généralement trois smileys pour clore mes phrases : le sourire, le clin d’œil et la mine triste qui me semblent les plus appropriés dans le cadre professionnel. Attention, ils sont à utiliser avec modération, de peur de tomber dans une relation trop amicale/familière !

 

Conclusion

Les émoticônes, succès universel, semblent être le nouveau langage web, au point que iOS a créé un clavier qui convertit directement les mots tapés en emoji. Mais l’exercice peut se révéler difficile car le risque de fausse interprétation est élevé. L’excès d’émoticônes peut-il tuer la communication ?

Twitter : astuces pour un usage marketing

0

 

Twitter est un espace de conversation perpétuelle, auquel votre entreprise peut prendre part… sous réserve d’en respecter les codes.

 

Les règles de base sur Twitter : écouter et surtout échanger !

  • 1re règle : vous n’êtes pas le centre du monde sur Twitter ! Ne parlez pas que de vous.
  • 2e règle : prenez le temps d’écouter ce qui se dit avant de prendre part à une conversation.  Ne spammez pas !
  • 3e règle : parlez aux autres, développez les interactions avec les utilisateurs. Si des personnes parlent de vous ou retweetent vos messages, prenez le temps de répondre.

Construisez lentement mais sûrement votre communauté. Pourquoi ne pas poursuivre les échanges hors du monde virtuel en organisant des rencontres avec vos followers ?

 

Avant de vous lancer sur Twitter, définissez votre stratégie

  • Définissez clairement les raisons pour lesquelles vous voulez être présent sur Twitter. Mieux vaut pas y aller si vous n’avez rien d’intéressant à partager.
  • Ne misez pas tout sur un seul outil : faites plutôt de Twitter une porte d’entrée vers vos autres médias (facebook, blogs, sites internet…).
    Astuce : faites alors la promotion de votre compte Twitter en l’intégrant dans vos signatures de mail ou en l’inscrivant sur vos cartes professionnelles.
  • Twitter peut être un outil puissant en termes de service clientèle : suivez ce qui est dit de votre entreprise, pour répondre si besoin.

 

Rédigez le bon tweet

  • Trouvez le bon sujet au bon moment : soyez le premier à vous exprimer sur une actualité en lien avec votre secteur mais aussi et surtout votre entreprise.
    Astuce : configurez une alerte sur votre marque et votre secteur d’activité, pour suivre ce qui se dit et si besoin, répondre.
  • Twitter n’est pas un espace marketing : il serait contreproductif de ne faire que la promotion de vos produits.
  • Twitter est avant tout un lieu d’échange : vos contributions doivent absolument avoir une réelle valeur ajoutée et/ou être utiles aux lecteurs.  Parlez par exemple de votre domaine d’activité, faites valoir votre expertise par la voix de vos salariés.
  • Créez des contenus de valeur : vous attirerez des followers de qualité. De plus, l’attente du prochain tweet n’en sera que plus grande.
  • Soyez le plus court et le plus direct possible. Laissez 20 à 25 caractères disponibles, pour faciliter le retweet. Exprimez-vous simplement.
    Astuce : pour raccourcir les urls : bitly.com.
  • Avant l’envoi du tweet, demandez-vous une ultime question : auriez-vous envie de suivre l’auteur de ce tweet ?

 

Choisissez la bonne fréquence de tweet

  • Tweetez régulièrement : ne restez jamais longtemps sans tweeter. Twitter demande une mobilisation permanente !
  • Tweetez à la bonne fréquence : ne spammez pas vos followers !
  • Tweetez au bon moment : trouvez le bon équilibre entre la quantité et la qualité des tweets.

 

Rédiger un tweet authentique

  • Soyez « humain » : pas de tweets automatiques ! (à ne pas confondre avec la programmation des tweets à l’avance).
  • Adoptez un ton personnel : ne parlez pas seulement des produits de l’entreprise. Associez un nom et/ou un visage au compte.
  • Donnez la parole : créez des conversations individuelles, faites de vos salariés des experts en leur domaine, souhaitez un bon weekend à vos followers…

 

Retweeter

  • N’hésitez pas à retweeter :
    • il s’agit d’une source de contenu mis à votre disposition… ;
    • vous augmentez vos chances d’être visible sur un sujet dont vous voulez être référent ;
    • vous livrez une information utile à vos followers en réalisant pour eux une veille.
  • Pour retweeter :
    • prenez quelques minutes chaque jour, pour répondre à vos followers, retweeter les messages intéressants. Bref, rien qui ne parle de vous !
    • rédigez éventuellement un commentaire à votre retweet, pour contribuer à la poursuite de la conversation.

 

Gérez vos followers sur Twitter

  • Ne calculez pas le succès de votre compte à son nombre de followers : 100 followers actifs valent mieux que 10 000 inactifs.
  • Apprenez à connaître vos followers : faites-en une liste segmentée, pour mieux adapter vos messages. N’oubliez pas de répondre à leurs messages.
  • N’oubliez pas qu’au-delà de vos followers, un tweet public peut être lu par beaucoup d’autres personnes…
  • Ne suivez pas en masse : limitez-vous à aux personnes qui vous semblent intéressantes et avec lesquelles vous aurez le temps de nouer des relations de qualité.